Histoire et philosophie

Aucun compromis sur la qualité. Seul le vin issu des raisins en culture biologique est vinifié aux Balisiers et toute la récolte est mise en bouteille à la propriété. Chaque cépage sur le terroir qui lui convient le mieux.

En 1982, Jean-Daniel Schlaepfer, avocat au barreau de Genève, avait troqué son cabinet contre une nouvelle orientation viticole.

Gérard Pillon, ferblantier de son état, était de la partie. Ensemble, ils ont donné vie au Domaine des Balisiers, à Peney.

Chaque année, ils replantaient un à deux hectares de vignes, mais délaissèrent le Chasselas et le Gamay, en usage dans la région, pour des cépages plus nobles comme le Chardonnay et plus tard le Sauvignon.

Là encore, les choses ne se firent pas sans mal et ils durent arracher leurs premiers ceps de Cabernet Sauvignon. Quoi qu’il en soit, ils ont prouvé, à eux mêmes comme aux autres viticulteurs suisses, qu’une entreprise viticole peut avoir un avenir et même de la réussite dans ce drôle de canton de Genève.

Après 30 ans d’existence, les Balisiers comptent fièrement 25 hectares de vignes et la production est passée de 20 000 bouteilles à ses débuts à 150 000 bouteilles aujourd’hui.

En 2012, les deux fondateurs ont passé le flambeau à Christophe Pillon qui dirige désormais le Domaine dans le respect des principes et des traditions que celui-ci a toujours incarné.

 Il s’emploie notamment à moderniser le Domaine par des investissements visant à en améliorer le fonctionnement tout en renforçant son engagement dans l’agriculture  biologique et la biodynamie.

Au cours des 30 dernières années l’essentiel du domaine a été de replanter avec des cépages améliorateurs liés à des porte-greffes peu productifs. Sur plus de dix hectares le Chasselas traditionnel a été arraché pour être remplacé par des sélections plus nobles. L’Aligoté prospère maintenant à Peney, le Chardonnay à Chouilly et sur le plateau de Peissy où poussent aussi le Pinot Noir et les Cabernet Sauvignon. Les uns ont besoin de terres profondes tandis que les autres se plaisent sur la molasse feuilletée.

 

Limiter volontairement le rendement.

Il n’est planté que 3 300 à 4 000 ceps par hectare, ce qui permet de contrôler le rendement et d’augmenter la concentration du jus de raisin. Par ailleurs, la productivité de chaque cep est limitée chaque année lors des vendanges vertes au mois de juillet. Cette opération manuelle permet d’éliminer précocement toute grappe excédentaire par rapport à l’équilibre optimal de la plante.

Une vinification à la fois traditionnelle et novatrice

La vendange commence généralement dans la troisième décade de septembre. De minutieuses analyses du potentiel de sucre, de l’acidité malique et tartrique dans le raisin permettent de déterminer la maturité optimale parcelle par parcelle et d’ordonner qualitativement la récolte.

La cueillette du raisin est entièrement manuelle; aucune machine à vendanger n’a jamais foulé le terroir des Balisiers. En cave, la préparation du vin fait appel à plusieurs méthodes traditionnelles. Les vins blancs sont immédiatement pressés en grappes entières pour éviter toute oxydation, tandis que les vins rouges sont cuvés une à trois semaines avant d’être pressés selon les cépages.

Sur lies fines, nos vins sont élevés entre 18 et 24 mois.

Dans un cellier souterrain spécialement creusé à cet effet,  la Dame Noire est élevée en barriques de chêne pendant 12 mois. Le Chardonnay, le Chenin blanc, le Comte de Peney, la Lune Rousse et le Sauvignon blanc sont élevés en amphores pendant 12 à 18 mois.

Un domaine expérimental 

Depuis sa création, le Domaine des Balisiers pratique la culture biologique; pionnier, il est ainsi devenu le plus important producteur de vins biologiques de Suisse. C’est aussi notre Domaine qui dès 1984 a développé le premier en Suisse le système de palissage en lyre, et introduit le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon. A la cave, le Domaine des Balisiers est un des rares domaines à avoir totalement renoncé à l'usage d'enzymes et levures artificielles depuis 2002. Toutes les fermentations sont issues des levures indigènes du terroir.

Un vignoble intégralement biologique

L’exploitation est affiliée à Biovin et applique scrupuleusement le cahier des charges de l’association suisse pour l’agriculture biologique: toute la production est contrôlée et certifiée et porte le label Biosuisse.

Un vignoble biologique implique d’abord de renoncer totalement à l’usage des herbicides et des engrais chimiques; en lieu et place la prairie interceps est régulièrement fauchée, et il n’est épandu que des amendements organiques comme le marc, le fumier et le compost.

Les parasites de la vigne sont tolérés dans les limites d’un équilibre biologique toujours instable avec leurs prédateurs. De la sorte, le vigneron intervient le moins possible pour que son terroir et ses ceps crèent leurs propres défenses; tous les produits chimiques et systémiques du commerce sont prohibés par le cahier des charges Biosuisse; de cas en cas, la culture fait appel au Bacillus Thurigiensis mélangé à du sucre pour limiter les invasions de vers de la grappe; de même l’administration en dose homéopatique de sels de cuivre (0.3 gramme par m² et par an au maximum) contre le mildiou ainsi que du soufre mouillable contre l’oidium est autorisée.

Depuis 2005 le Domaine à changé d’orientation sur un principe de culture en biodynamie, 2 grandes préparations sont employées :

  • La préparation « bouse de corne » dite 500 (favorise la structure du sol, l’activité microbienne et la formation d’humus. ) Elle renforce aussi la croissance des racines et leur développement en profondeur, c’est une préparation essentielle.
  • La préparation de corne silice dite 501 cette préparation améliore le métabolisme de la lumière (photosynthèse) et apporte une vigueure et une qualité lumineuse aux plantes. Elle équilibre la trop grande luxuriance et atténue les tendances aux maladies. Cette préparation est essentielle pour la structuration interne des plantes et pour leur développement.

Nous ajoutons selon la saison différentes tisanes (ortie, osier, prêle etc…) afin de baisser les doses de cuivre et de soufre et améliorer la qualité de la plante.

l'actualité

07.06.17

NEWS

Traitement pour la prévention dans les vignes de tisane de prêle, pissenlit et bouillie bordelaise.

 

 

Traitement prevention vignes Juin 2017