L’amphore


Nous rêvions depuis longtemps d’élever nos vins avec l’action positive de la barrique – la micro-oxygénation – et sans le « goût boisé » qui masque trop souvent les notes fruitées des cépages. C’est pourquoi nous avons recherché comment les Romains vinifiaient dans leurs amphores d’argile et de béton naturel avant l’invention gauloise de la barrique.

Et puis nous avons rencontré en Bourgogne Marc Nomblot, artisan passionné capable de façonner à l’ancienne des récipients de toute forme (tronconique, elliptique, pyramidal) ; à l’eau de source, sans armature métallique, sans liant ni adjuvant chimique.

Nos prototypes d’amphores s’inspirent du Nombre d’or de Ptolémée réitérant la forme géométrique parfaite de l’œuf :

τ = ½(√5 + 1) = 1,618033989

Depuis le millésime 2004 et pour cinq ans, l’équipe du Domaine expérimente donc l’effet oenologique contenant/contenu sur Chardonnay, Chenin Blanc, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Gamaret.

 

 

En l’état actuel de nos recherches nos prototypes d’amphores semblent améliorer les paramètres de vinification suivants :

  • micro-oxygénation accrue par la porosité du béton naturel
  • mouvement brownien idéal favorisant la mise en suspension des lies afin d’augmenter la structure en bouche
  • absence d’effets réducteurs liés à l’acier inoxydable ou de contact du vin avec des revêtements en résine de synthèse pouvant céder des résidus chimiques
  • effet de mouvement vin/lie accru par une forme ovoïde biodynamique;
  • élevage sans arôme de bois (note de toastage, whisky-lactone, vanilline, coconut) parasitant l’authenticité et le fruit du vin.